vendredi 5 mai 2017

MAI4 Gravels (Louis Jucker & Charlie Bernath) • One Lick Less @CCS

Toujours un plaisir de revenir aux orgas EVT?EVL!, d'autant plus lorsqu'il s'agit de retrouver les splendides One Lick Less (merci Basile pour l'invite), et le fort talentueux Louis Jucker et son projet Gravels, surtout dans un lieu tel que le Centre Culturel Suisse.

C'est d'abord Louis Jucker qui à l'issue du concert d'Autisti m'avait chauffé sur le vernissage du premier disque de son coffret L'Altro Mondo, et l'ajout de One Lick Less en ouverture a définitivement fini de me convaincre de me rendre au CCS.

Les mots finissent par me manquer pour parler des prestations de One Lick Less, c'est toujours la grande classe (celle de l'élégance), dans ce style si particulier qui est le leur: encore un super moment, avec malgré tout la confirmation que je sens moins leur morceau à la guitare que ceux au pedal-steel (question d'habitude sans doute).

Le cabinet de curiosité dans lequel évoluent Louis Jucker et son acolyte de Gravels mérite à lui seul le coup d'oeil, et ce qu'en font les deux suisses confine au génie: voix, guitares, bandes, micro-contacts, instruments jouets (ou pas), et j'en passe et des plus obscures pour le béotien que je suis grâce auxquels Gravels nous offre une superbe prestation intimiste et pas dénuée d'humour, qui aux dires de Louis lui-même reprend "à 3 vaches près" le contenu de son fameux coffret, que cette fois je ne me serais pas privé d'acheter. Merci tout le monde c'était super (comme cela a été maintes fois rappelé pendant la soirée).

jeudi 4 mai 2017

MAI3 Concert/ Gonjasufi + Skrapez _ 3 mai _ Badaboum

"L'avantage quand tu vas à un concert de Gonjasufi en sortant du yoga, c'est que tu tu n'as pas besoin de te changer" me disais-je... GRAVE ERREUR, dès la mise en bouche prodiguée par Skrapez, on sent que la soirée va être tout sauf zen.

Le duo de machinistes qu'on imagine n’être qu'une simple première partie envoie de bonnes grosses instrus bien saturées fusionnant hip-hop, break-beat et drum & bass et à mille lieues des instrumentaux auxquels nous a habitué Gonjasufi, et pourtant... c'est ce même Gonjasufi qui investit discrètement la scène pour d'abord rajouter une couche de sons, puis finalement prendre le micro.

Le concert avait donc bien commencé, et durera en tout pas loin de 2 heures pendant lesquelles notre prof de yoga au look de clochard gangsta enchainera outre son morceau sur le dernier Gaslamp Killer, ou même une reprise de Dälek(?), pas mal de ses hits dont certains en solo (Ancesters et autres...), sans jamais se départir d'une énergie assez folle contrastant étonnement avec la nonchalance qu’il affiche sur disque.

Super concert, grosse bonne surprise, achats en masse (le premier en LP, et les deux derniers en cédés, ainsi que la dernière k7 de Skrapez)... merci aux nombreux concours que j'ai gagné , je crois que j'ai fini avec une dizaine d'invitations (la plupart remises en jeu, en espérant qu'elles auront profité à des gens qui auront autant apprécié que moi) :3

mardi 2 mai 2017

AVR28 Tonight - OTB Fest Nights - 28 & 29 April 2017 à Paris

Encore un OTB Fest sur deux jours, dont le visuel ne vous dira pas qui joue quand... qu'à cela ne tienne, c'est sur le vendredi que j'aurais jeté mon dévolu pour voir deux plateaux en tournées respectives collisionner au Gibus Live (auquel l'ajout de tireuses à bières manque toujours cruellement...).

Alors que je m'attendais à un quarté Céleste, Inter Arma, Oxbow, Sumac, et souhaitait surtout voir Oxbow clore la soirée, l'orga juge bon de faire jouer Céleste en tête d'affiche me promettant par la même un retour au bercail avec les poules (ou en tout cas avec la mienne).

J'étais assez curieux d'Inter Arma, que je ne connaissais pas plus que ça, tant leur metal moderne et postéiforme avait fini par faire parler de lui... mais en fait non c'est bien fait, ça joue bien, mais ça m'excite toujours pas.

Par contre Sumac (énième groupe d'Aaron Turner, cette fois entouré du bassiste de feu Botch et accessoirement Russian Circles et d'un batteur assez impressionnant), s’avère pour le coup nettement plus intéressant sur scène que sur disque (malgré le remplacement du bassiste par Joe Preston me semble-t-il?), faisant évoluer son post-metal monolithique vers une sorte de death-drone assez jazzy dans l'intention. Pas-mal-du-tout.

Quelle idée farfelue a pu passer à travers la tête de l'orga pour faire jouer Oxbow avant Céleste alors qu'en toute logique les français auraient très bien pu ouvrir la soirée? Que dire si ce n'est qu'Oxbow est un des groupes les plus intéressants du moment, mais qu'ils n'avaient rien à faire sur une affiche "death metal" (merci Fabien)?? Mais quelle mouche a donc piqué l'orga (encore!!!) pour priver le groupe de son rappel tant réclamé??? N'empêche c'est toujours la classe, et l'achat de leur dernier disque couplé au bouquin qui va avec aura justifié à lui seul le déplacement et la frustration...

Quant à Céleste c'est la 3 ou 4e fois que je (ne) les vois (pas): toujours dans le noir équipés de frontales, mais là ça passait vraiment pas.








jeudi 27 avril 2017

AVR21 Nous ne vieillirons plus ensemble

Très chouette vernissage d'une très sympathique artiste rencontrée à un concert de copains dans un (ex) haut-lieu de l'underground bellevillois: elle a de très jolis poings très bien moulés, de forts jolis doigts sertis dans des éponges teintes à l'encre de chine ou agrémentés de poils... un tas de trucs très beaux auxquels je n'ai pas tout le temps compris grand chose, mais mention spéciale aux branchies vernies sous cloche, à la peinture d'escargots aux coquilles dorées, et contre toute attente au tag de poils in situ.

Bon j'ai rien acheté mais j'ai malencontreusement laissé tomber un verre de rouge que j'ai tant bien que mal essayé de nettoyer, désolé si vous me lisez... (bon si les toilettes avaient pas été "occupées" de manière quasi continue j'aurais fait du mailleur boulot!)



AVR26 Isaac Delusion — Les 25 & 26 avril à l'Élysée Montmartre

Le mercredi c'est yoga, mais pas cette fois, grâce à l'ami 2312 (coïncidence, peut-être, mais surtout merci).

Isaac Delusion auront donc rempli 2 fois l'E-M avec leur fourre-tout macroniste (et un nouveau batteur): un peu pop, un peu rock, un peu électro, un peu funk, un peu disco, un peu dansant, un peu planant, un peu crooner, un peu soul, beaucoup Jimmy Sommervile et surtout très propre... ya rien qui dépasse et tout le monde s'y retrouve si on en juge par l'accueil triomphal qui leur est fait. N'empêche c'est pas mal, on peut pas leur enlever ça, et certains titres sont même très chouettes, mais ça m'en a un peu touché une sans faire bouger l'autre.

En première partie La Chica Belleville aura eu du mal à captiver l'audience malgré tout très polie avec son électro plutôt très sympa quoiqu'un peu plombée par un abus de chant pas toujours pertinent (en espagnol, faut aimer...), et la présence d'une ado en répète dans sa chambre.

Si fallait bien un concert sans achat de disques, ba c'était celui-ci...

mardi 25 avril 2017

AVR24 Inquisition, Pillorian, Valborg, Cobalt // Paris

Il est toujours "agréable" de s'infliger une petite soirée beumeu de temps-en-temps, surtout quand l'invitation est gagnée (merci Garmonbozia).

Cobalt, qui a sorti un plutôt bon disque de post-black-mais-du-coup-pas-que nous fait la surprise d'ouvrir la soirée pour un set assez court mais plutôt intense au regard de la prestation de son chanteur amateur de vin rouge à la bouteille et de poses théâtralement habitées... j'ai un peu pensé à un Fistula plus versé dans le prog-metal (version Tool, pas Dream Theater) que dans le sludge, et j'ai franchement bien aimé (ajoutez à ça un bassiste noir et un gratteux en tish "good night white pride" pour lever toute ambiguïté inhérente au style pratiqué, je me suis empressé d'acheter leur dernier cédé).

Les allemands de Valborg officient pour leur part dans un espèce d'indus-death moins primitif qu'il ne voudrait en avoir l'air, mais qui m'avait nettement plus bousculé dans la cave de la Cantine De Belleville en compagnie des copains de Danishmendt. Pas spécialement à leur place stylistiquement sur l'affiche, ça ne les a pas empêché d'envoyer ce qu'il fallait pour maintenir l'audience dans l'ambiance de la soirée.

La prestation de Pillorian sera celle qui m'a le moins emballé, peut-être à cause de leur style "à l'américaine" assez générique qui je crois est appelé "cascadian-black-metal", et qui pioche pas mal dans des ambiances atmosphériques et épique... super bien exécuté, "à l'américaine" donc, mais la fatigue aidant (une soirée avec 4 groupes de beute, ça use), et le son lui n'aidant pas ça m'aura pas captivé.

J'ai d'ailleurs bien cru que la fatigue aurait raison de ma motivation à revoir une des meilleures surprises de mon dernier HF, à savoir les deux pandas d'Inquisition, mais finalement non: le groupe faussement minimaliste reste super intéressant et nettement au-dessus de ceux qui auront joué ce soir. Le son est ENORME, la présence de Dagon qui se partage entre les deux micros de chaque côté de la scène assez magnétique, et même si on distingue à peine le batteur derrière son set et les panneaux ornementaux posés sur scène, on entend bien que le bonhomme ne s'économise pas. Si je n'écouterais probablement pas beaucoup le dernier album que j'ai acheté (la faute au coffret avec drapeau et patch inclus), il pourra toujours me servir le jour où je voudrais faire le vide dans l'apart, ou dans l'immeuble.




vendredi 21 avril 2017

AVR20 20/04: Buildings / Autisti / Heads. à l'Espace B

Ce qui est bien avec les concerts à l'Espace B le jeudi, c'est que ça fait un chouette after boxe...

Par contre, en arrivant tard on rate des trucs, et ce soir un truc vraiment bien a priori, à savoir Heads pour lequel les copains s'étaient spécialement déplacés.

Quoi qu'il en soit c'est malgré tout l'occasion de (re?)voir Buildings pour 2 titres, avec un nouveau bassiste (d'où le ?)... leur noise-rock reste assez générique (d'où le ?, encore) mais envoie comme il faut, et les gars sont tellement sympas que j'aurais fait une razzia sur leur disco.

On commence à pas mal parler d'Autisti dans les cercles avertis, et faut dire que si le énième projet de Louis Jucker (The Ocean Collective, Coilguns, et beaucoup d'autres) sonne plutôt bien sur bandcamp, il prend une toute autre dimension sur scène où son indie-rock soit-disant lo-fi fait des merveilles. Le LP acquis à l'issue du concert est le second d'un coffret de 5 disques dont le vernissage du premier devrait avoir lieu le 4 mai au centre culturel suisse... à suivre donc!