vendredi 5 mai 2017

MAI4 Gravels (Louis Jucker & Charlie Bernath) • One Lick Less @CCS

Toujours un plaisir de revenir aux orgas EVT?EVL!, d'autant plus lorsqu'il s'agit de retrouver les splendides One Lick Less (merci Basile pour l'invite), et le fort talentueux Louis Jucker et son projet Gravels, surtout dans un lieu tel que le Centre Culturel Suisse.

C'est d'abord Louis Jucker qui à l'issue du concert d'Autisti m'avait chauffé sur le vernissage du premier disque de son coffret L'Altro Mondo, et l'ajout de One Lick Less en ouverture a définitivement fini de me convaincre de me rendre au CCS.

Les mots finissent par me manquer pour parler des prestations de One Lick Less, c'est toujours la grande classe (celle de l'élégance), dans ce style si particulier qui est le leur: encore un super moment, avec malgré tout la confirmation que je sens moins leur morceau à la guitare que ceux au pedal-steel (question d'habitude sans doute).

Le cabinet de curiosité dans lequel évoluent Louis Jucker et son acolyte de Gravels mérite à lui seul le coup d'oeil, et ce qu'en font les deux suisses confine au génie: voix, guitares, bandes, micro-contacts, instruments jouets (ou pas), et j'en passe et des plus obscures pour le béotien que je suis grâce auxquels Gravels nous offre une superbe prestation intimiste et pas dénuée d'humour, qui aux dires de Louis lui-même reprend "à 3 vaches près" le contenu de son fameux coffret, que cette fois je ne me serais pas privé d'acheter. Merci tout le monde c'était super (comme cela a été maintes fois rappelé pendant la soirée).

jeudi 4 mai 2017

MAI3 Concert/ Gonjasufi + Skrapez _ 3 mai _ Badaboum

"L'avantage quand tu vas à un concert de Gonjasufi en sortant du yoga, c'est que tu tu n'as pas besoin de te changer" me disais-je... GRAVE ERREUR, dès la mise en bouche prodiguée par Skrapez, on sent que la soirée va être tout sauf zen.

Le duo de machinistes qu'on imagine n’être qu'une simple première partie envoie de bonnes grosses instrus bien saturées fusionnant hip-hop, break-beat et drum & bass et à mille lieues des instrumentaux auxquels nous a habitué Gonjasufi, et pourtant... c'est ce même Gonjasufi qui investit discrètement la scène pour d'abord rajouter une couche de sons, puis finalement prendre le micro.

Le concert avait donc bien commencé, et durera en tout pas loin de 2 heures pendant lesquelles notre prof de yoga au look de clochard gangsta enchainera outre son morceau sur le dernier Gaslamp Killer, ou même une reprise de Dälek(?), pas mal de ses hits dont certains en solo (Ancesters et autres...), sans jamais se départir d'une énergie assez folle contrastant étonnement avec la nonchalance qu’il affiche sur disque.

Super concert, grosse bonne surprise, achats en masse (le premier en LP, et les deux derniers en cédés, ainsi que la dernière k7 de Skrapez)... merci aux nombreux concours que j'ai gagné , je crois que j'ai fini avec une dizaine d'invitations (la plupart remises en jeu, en espérant qu'elles auront profité à des gens qui auront autant apprécié que moi) :3

mardi 2 mai 2017

AVR28 Tonight - OTB Fest Nights - 28 & 29 April 2017 à Paris

Encore un OTB Fest sur deux jours, dont le visuel ne vous dira pas qui joue quand... qu'à cela ne tienne, c'est sur le vendredi que j'aurais jeté mon dévolu pour voir deux plateaux en tournées respectives collisionner au Gibus Live (auquel l'ajout de tireuses à bières manque toujours cruellement...).

Alors que je m'attendais à un quarté Céleste, Inter Arma, Oxbow, Sumac, et souhaitait surtout voir Oxbow clore la soirée, l'orga juge bon de faire jouer Céleste en tête d'affiche me promettant par la même un retour au bercail avec les poules (ou en tout cas avec la mienne).

J'étais assez curieux d'Inter Arma, que je ne connaissais pas plus que ça, tant leur metal moderne et postéiforme avait fini par faire parler de lui... mais en fait non c'est bien fait, ça joue bien, mais ça m'excite toujours pas.

Par contre Sumac (énième groupe d'Aaron Turner, cette fois entouré du bassiste de feu Botch et accessoirement Russian Circles et d'un batteur assez impressionnant), s’avère pour le coup nettement plus intéressant sur scène que sur disque (malgré le remplacement du bassiste par Joe Preston me semble-t-il?), faisant évoluer son post-metal monolithique vers une sorte de death-drone assez jazzy dans l'intention. Pas-mal-du-tout.

Quelle idée farfelue a pu passer à travers la tête de l'orga pour faire jouer Oxbow avant Céleste alors qu'en toute logique les français auraient très bien pu ouvrir la soirée? Que dire si ce n'est qu'Oxbow est un des groupes les plus intéressants du moment, mais qu'ils n'avaient rien à faire sur une affiche "death metal" (merci Fabien)?? Mais quelle mouche a donc piqué l'orga (encore!!!) pour priver le groupe de son rappel tant réclamé??? N'empêche c'est toujours la classe, et l'achat de leur dernier disque couplé au bouquin qui va avec aura justifié à lui seul le déplacement et la frustration...

Quant à Céleste c'est la 3 ou 4e fois que je (ne) les vois (pas): toujours dans le noir équipés de frontales, mais là ça passait vraiment pas.








jeudi 27 avril 2017

AVR21 Nous ne vieillirons plus ensemble

Très chouette vernissage d'une très sympathique artiste rencontrée à un concert de copains dans un (ex) haut-lieu de l'underground bellevillois: elle a de très jolis poings très bien moulés, de forts jolis doigts sertis dans des éponges teintes à l'encre de chine ou agrémentés de poils... un tas de trucs très beaux auxquels je n'ai pas tout le temps compris grand chose, mais mention spéciale aux branchies vernies sous cloche, à la peinture d'escargots aux coquilles dorées, et contre toute attente au tag de poils in situ.

Bon j'ai rien acheté mais j'ai malencontreusement laissé tomber un verre de rouge que j'ai tant bien que mal essayé de nettoyer, désolé si vous me lisez... (bon si les toilettes avaient pas été "occupées" de manière quasi continue j'aurais fait du mailleur boulot!)



AVR26 Isaac Delusion — Les 25 & 26 avril à l'Élysée Montmartre

Le mercredi c'est yoga, mais pas cette fois, grâce à l'ami 2312 (coïncidence, peut-être, mais surtout merci).

Isaac Delusion auront donc rempli 2 fois l'E-M avec leur fourre-tout macroniste (et un nouveau batteur): un peu pop, un peu rock, un peu électro, un peu funk, un peu disco, un peu dansant, un peu planant, un peu crooner, un peu soul, beaucoup Jimmy Sommervile et surtout très propre... ya rien qui dépasse et tout le monde s'y retrouve si on en juge par l'accueil triomphal qui leur est fait. N'empêche c'est pas mal, on peut pas leur enlever ça, et certains titres sont même très chouettes, mais ça m'en a un peu touché une sans faire bouger l'autre.

En première partie La Chica Belleville aura eu du mal à captiver l'audience malgré tout très polie avec son électro plutôt très sympa quoiqu'un peu plombée par un abus de chant pas toujours pertinent (en espagnol, faut aimer...), et la présence d'une ado en répète dans sa chambre.

Si fallait bien un concert sans achat de disques, ba c'était celui-ci...

mardi 25 avril 2017

AVR24 Inquisition, Pillorian, Valborg, Cobalt // Paris

Il est toujours "agréable" de s'infliger une petite soirée beumeu de temps-en-temps, surtout quand l'invitation est gagnée (merci Garmonbozia).

Cobalt, qui a sorti un plutôt bon disque de post-black-mais-du-coup-pas-que nous fait la surprise d'ouvrir la soirée pour un set assez court mais plutôt intense au regard de la prestation de son chanteur amateur de vin rouge à la bouteille et de poses théâtralement habitées... j'ai un peu pensé à un Fistula plus versé dans le prog-metal (version Tool, pas Dream Theater) que dans le sludge, et j'ai franchement bien aimé (ajoutez à ça un bassiste noir et un gratteux en tish "good night white pride" pour lever toute ambiguïté inhérente au style pratiqué, je me suis empressé d'acheter leur dernier cédé).

Les allemands de Valborg officient pour leur part dans un espèce d'indus-death moins primitif qu'il ne voudrait en avoir l'air, mais qui m'avait nettement plus bousculé dans la cave de la Cantine De Belleville en compagnie des copains de Danishmendt. Pas spécialement à leur place stylistiquement sur l'affiche, ça ne les a pas empêché d'envoyer ce qu'il fallait pour maintenir l'audience dans l'ambiance de la soirée.

La prestation de Pillorian sera celle qui m'a le moins emballé, peut-être à cause de leur style "à l'américaine" assez générique qui je crois est appelé "cascadian-black-metal", et qui pioche pas mal dans des ambiances atmosphériques et épique... super bien exécuté, "à l'américaine" donc, mais la fatigue aidant (une soirée avec 4 groupes de beute, ça use), et le son lui n'aidant pas ça m'aura pas captivé.

J'ai d'ailleurs bien cru que la fatigue aurait raison de ma motivation à revoir une des meilleures surprises de mon dernier HF, à savoir les deux pandas d'Inquisition, mais finalement non: le groupe faussement minimaliste reste super intéressant et nettement au-dessus de ceux qui auront joué ce soir. Le son est ENORME, la présence de Dagon qui se partage entre les deux micros de chaque côté de la scène assez magnétique, et même si on distingue à peine le batteur derrière son set et les panneaux ornementaux posés sur scène, on entend bien que le bonhomme ne s'économise pas. Si je n'écouterais probablement pas beaucoup le dernier album que j'ai acheté (la faute au coffret avec drapeau et patch inclus), il pourra toujours me servir le jour où je voudrais faire le vide dans l'apart, ou dans l'immeuble.




vendredi 21 avril 2017

AVR20 20/04: Buildings / Autisti / Heads. à l'Espace B

Ce qui est bien avec les concerts à l'Espace B le jeudi, c'est que ça fait un chouette after boxe...

Par contre, en arrivant tard on rate des trucs, et ce soir un truc vraiment bien a priori, à savoir Heads pour lequel les copains s'étaient spécialement déplacés.

Quoi qu'il en soit c'est malgré tout l'occasion de (re?)voir Buildings pour 2 titres, avec un nouveau bassiste (d'où le ?)... leur noise-rock reste assez générique (d'où le ?, encore) mais envoie comme il faut, et les gars sont tellement sympas que j'aurais fait une razzia sur leur disco.

On commence à pas mal parler d'Autisti dans les cercles avertis, et faut dire que si le énième projet de Louis Jucker (The Ocean Collective, Coilguns, et beaucoup d'autres) sonne plutôt bien sur bandcamp, il prend une toute autre dimension sur scène où son indie-rock soit-disant lo-fi fait des merveilles. Le LP acquis à l'issue du concert est le second d'un coffret de 5 disques dont le vernissage du premier devrait avoir lieu le 4 mai au centre culturel suisse... à suivre donc!

jeudi 20 avril 2017

AVR19 Zeal & Ardor o Pensées Nocturnes o Pryapisme o Edremerion @Paris

Affiche de mauvais goût et programmation éclectique tapant dans les post-black-metal, pour une soirée dense mais pas vraiment dansante, fallait oser.

Arrivé pour Pensées Nocturnes (pour cause de yoga tsé) dont le Grotesque ne m'aura pas fait mauvaise impression à l'époque dans un genre black-bunglesque mais pas que, j'entre directement dans le bar de Calvaire (super film de genre FFFran-cophone avec Laurent Lucas, Jackie Berroyer, Philippe Naho, et accessoirement Brigitte Lahaie, excusez du peu) pour un set de black-musette-guinguette-fanfare-metal en costumes et maquillages de peau , malheureusement desservi par un son pas terrible... mention honorable cependant pour l'originalité du concept qui n'avait encore pas encore, ou peu, été joué sur scène (trompette et accordéon dans le black, fallait bien s'appeler PN pour oser), à confirmer avec l'achat de leur dernier cédé.

En fait c'est la venue de Zeal & Ardor, le groupe qui buzze même chez Slash, qui aura motivé les moins pandas à se déplacer, pour son concept tout aussi original dont le postulat de base serait que les esclaves se seraient mis à adorer le Cornu plutôt que Jésus. Le projet solo est super convaincant sur disque, et le groupe l'est tout autant sur scène, nous gratifiant même d'une flopée d'excellents titres ne figurant pas sur leur/son tout aussi excellent quoi qu'un peu court "Devil Is Fine" (acheté par la même occasion, avec un pin's, parfois faut arrêter de picoler avant la dernière de trop pour la route).

mardi 18 avril 2017

AVR14 Festival Presences électronique 2017

L'INA GRM a son festival et comme son nom (Groupe de Recherche Musicale) on y voit et surtout entend des choses plutôt inhabituelles (pour dire les choses simplement).

Si l'an passé m'avait permis d'y écouter Zoviet*France, cette année l'affiche de la soirée d'ouverture (ni la programmation en général, mise à part L'Ocelle Mare) ne m'évoquait pas grand chose, mais pour gratos...

C'est Ivo Malec qui introduit le programme du soir en 4 parties par un hommage à Mika Vaino et la diffusion d'une de ses pièces, puis il exécute son "Turpituda Triola (ou symphonie pour moi-même)" particulièrement bien servi par sa diffusion dans l'Acousmonium.

En deuze la canadienne Kara-Lis Coverdale nous joue son "Limbo" basé uniquement sur des sons provenant de son corps retraités pour un résultat envoutant et passionnant, puis retour à un travail plus déroutant avec Thomas Ankersmit et son synthétiseur modulaire analogique pour une performance possiblement improvisée. Le trio Cannibal termine la soirée pour une performance assez captivante et primale, pour ne pas dire punk.

J'ai pas tout compris ni apprécié mais au global j'ai bien aimé.





jeudi 13 avril 2017

AVR12 Dead Acid People / Shoot the Singers / Vegg



Les copains de Vegg sont tellement en feu qu'ils organisent la venue de leurs copains de Shoot The Singers dans cette bonne vieille Cantine De Belleville (qui a ma foi un peu changé...).

Pour ouvrir, c'est Dead Acid People qui ont été invité pour ce que j'ai pris pour du noise-rock mais qui s'avère en fait pencher plutôt du côté stoner, avec reprise de Kyuss qui va bien à la fin.

Shoot The Singers ont changé aussi, mais en mieux: exit les 2 guitares, le trio évolue à présent dans la formation classique guitare-basse-batterie... Pas d'accoutrements seventies ce soir, le groupe se contente d'un set sobre et super efficace pour présenter son nouvel album. Leur indie-rock a encore gagné en classe et en maturité, et j'ai bien hâte d'écouter ce nouveau cédé que je leur ai acheté.

Pour finir et empêcher leurs copains d'aller se coucher (et accessoirement les forcer à boire la dernière bière de trop), Vegg ont prouvé qu'ils pouvaient sonner presque aussi bien dans une cave que dans leur studio de répète: super set, cette fois amputé du morceau de trop, la dénomination MASSIVE indie-rock n'est définitivement pas usurpée.

lundi 10 avril 2017

GRAVE

La réalisatrice n'est pas très agréable, la productrice polémique, et la hype agaçante... mais le film est super, et mérite largement les différentes distinctions (Gérardmer, Pifff, j'en passe et des plus prestigieuses).

Super film "de genre" sans l'être qui gagne absolument à être vu (et pourquoi pas revu), je conseille d'ailleurs vivement le court-métrage "Junior" de la même réal et avec la même actrice.

AVR7 Complet / Run The Jewels - Elysée Montmartre

RTJ c'est vraiment le top de la hype du peura ricain (pour blancs), d'ailleurs le concert était complet...

Par contre, comme ça arrive parfois, l'engouement est complètement justifié et même si je reste surtout fan du premier album, le concert était MOR-TEL, et j'ai du coup acheté le dernier.

En ouverture, le cintré The Gaslamp Killer a bien bien chauffé tout le monde avec son mix complètement ADD, et je lui ai aussi acheté son disque qui est différent mais super bien quand même.

Pour gratos c'était top (merci William Lopez), et même si j'avais payé j'aurais kiffé.

vendredi 7 avril 2017

AVR6 Concert: King Dude + Dune Messiah @Batofar

King Dude c'est marrant de le voir chanter faux quand il est en solo tout bourré devant 3 clampins comme à Bordeaux il y a presque 2 ans, mais en groupe c'est moins rigolo.

En plus le son (je cherche toujours les guitares) et les éclairages étaient nazes, et le Batofar plein comme un oeuf de gothiques apathiques...

Bon il a eu de la chance d'être malgré tout assez drôle dans le genre, et que j'achète son dernier (excellent c'est ça le pire) cédé juste avant le concert sinon il pouvait s'assoir sur mes sous.

Dune Messiah c'était limite mieux mais je crois pas être très sensible au "neo-folk", ça va que je payais pas (merci Spin The Black Circle, et Open Up Your Ears...).

lundi 27 mars 2017

MAR26 VEGESUSHI PARTY in Paris

Chouette dégustation de sushis végés à la maison du saké, si on fait abstraction des pique-assiettes qui barrent l'accès au ravitaillement. Heureusement une courte discussion avec Jen, le sympathique "sommelier de légumes" de la bande aura justifié le déplacement: un livre de recettes est à venir, d'abord en japonais, puis dans d'autres langues.

MAR26 Portes Ouvertes de la Gare XP

J'avais le souvenir d'une Gare XP dans le fin fond du sud de Paris, la voilà à l'extrême Nord: chouette squat collectif sur plusieurs niveaux, expos sympas, balcons et jardinets gavés de monde (beau temps oblige), mais tellement gavés qu'on est même pas restés ni pour une bière, ni pour les concerts.

MAR25 Postcoïtum • Nyos • Travolta @L'Olympic Café // samedi 25 mars

EVT?EVL! qui organise en bas de chez moi, j'allais pas rater ça (enfin si j'aurais pu, mais comme j'étais malade j'ai préféré jouer à domicile ou presque).

On arrive pour Travolta et leur post-math-rock de l'an 2000, qui m'a rappelé direct Dragon Rapide et surtout les excellents et sautillants The Redneck Manifesto pour une chouette mise en oreilles, puis ce sont les sudistes de Postcoïtum qui ont enchainés avec leur electro-noise batterie-machines nettement plus convaincant dans le genre que Majeure (le demi Zombie vu en ouverture de Grails) même si à bien y réfléchir ça n'avait pas grand chose à voir en dehors de la formule.

Pour finir les deux finlandais de Nyos ont balancé un bon set de post-noise-metal plutôt enjoué, pas des plus original mais super bien envoyé: batteur impressionnant, gros son de guitare, bonne humeur communicative... j'en ai même chopé leurs 2 cédés.

MAR24 Sortie de "Je n'ai pas de projet professionnel"

Sous prétexte de sortir un nouveau livre de bédé, David Snug convie son propre groupe Trotski Nautique à honteusement cachetonner dans l'espoir de choper l'intermittence.

Si ça faisait longtemps que je n'avais pas vu le duo (ce soir trio), ça m'a fait bien plaisir de les retrouver avec un bon gros son de porc et dans la bonne ambiance qui témoigne d'une organisation de qualité.

Je leur ai même pris 2 cédés, mais bon j'avais qu'une pièce de 2€.

mercredi 22 mars 2017

MAR21 Fabrice Theuillon feat. ASHA "The Wolphonics" + Kit de Survie

Ah le festival Banlieues Bleues et son lot de découverte tant musicales que géographiques...

Direction Saint-Ouen et l'Espace 1789 pour une affiche placée sous le signe du métissage hip-jazz, ou jazz-hop, dont le succès nous aura fait rater la première partie (sold-out oblige) qui semblait pourtant pas mal.

Notre bonne étoile nous aura cependant permis d'accéder à la salle et de nous placer au tout premier rang pour assister à la prestation de Kit De Survie, énième projet banlieue-friendly de Serge Teyssot-Gay, entouré de Mike Ladd et Marc Nammour aux micros (et poésie urbaine), Médéric Collignon et Akosh S. au cuivres (et plus si affinités), et Cyril Bilbeaud à la batterie (ex-SLOY) pour un chouette moment de fusion rap-rock-jazz dans une ambiance très bon enfant.

mardi 21 mars 2017

MAR20 Super! Warpaint le 20 mars à l'Élysée Montmartre

Pas d'affiche pour le concert, comme c'est souvent le gars pour les "gros" groupes, et c'est dommage...

Pour la première partie, Dear Reader quatuor sud-afrinaco-new-yorko-sardo-russe ?!?!) résident à Berlin nous propose une pop for bien chantée avec beaucoup de claviers, de belles voix, un genre de violoncelle électrique, une batterie et des costumes assez improbables, mais c'est pas mal (quoi qu'un peu mou sur la longueur).

Warpaint ont fait du chemin depuis leur premier EP, et si j'avais été dérouté par la direction plus "electro" prise avec leur album éponyme et leur concert au Trabendo, leur dernier disque (Heads Up) m'avait bien réconcilié avec les 4 californiennes. Par contre entre le Trabendo, Rock En Seine et le concert d'hier, toujours le même problème sur scène: leur indolence (comme dans mollesse et nonchalence, oui) noyée dans les effets peine à convaincre. Je suis tout de même reparti avec un 7 pouces et la setlist (et j'aurais bien chopé leur 2e album, éponyme donc, si il avait été dispo), ainsi qu'avec ma dose de frustration.

PS: même pintée au blanc+eau gazeuse, en pantalon de pyjama+bottine et gilet de mamie+tish de son propre groupe, la bassiste reste la femme de ma vie que je n'aurais jamais.

lundi 20 mars 2017

MAR18 Beamz / Dakiniz / Fatima / Riot City Rejects / Vegg

Les concerts à 5 groupes ont ceci de positif que même avec un truc prévu en soirée, on peut espérer arriver à temps pour la tâte d'affiche... Après les 14 combats de la finale du championnat de France Elite A de Savate, le set de VEGG s'est révélé être le poing final idéal à la fièvre de ce samedi soir.

Super son (normal ça jouait à la maison?), super set (malgré la fin de soirée avait dû être bien arrosée), super blagues de Guillaume (caché derrière sa batterie), super présence scénique ("Olive bouge super bien quand même", m'a-t-on glissé à l'oreille)... le seul bémol aura été la reprise du dernier titre en guise de rappel, la faute à l'insistance des groupies?

jeudi 16 mars 2017

MAR15 Festival Sonic Protest 2017 : This Is Not This Heat / Heimat

Sonic Protest c'est super, une fois en première partie du pape de la japa-noise qui se produisait dans une église, yavait un DJ set de disques de SILENCE (pas le groupe, le non-son) c'est dire si la programmation est pointue et originale.

Cette fois je zappe le groupe d'ouverture pour la bonne cause (yoga) et j'arrive pile-poil avant la tête d'affiche, This Is Not This Heat: en gros This Heat sortis de leur chambre froide (pun intended), sauf Gareth Williams (qui lui en a été sorti pour reposer en paix) remplacé pour l'occasion par 4 autres musiciens dont Daniel O'Sullivan qu'on ne présente plus.

C'était pas This Heat mais c'était super, et si on attendait un truc un peu foutraque et lo-fi (les disques live du coffret "Out Of Cold Storage" documentent très bien cet aspect du groupe fin 70/début 80 quand même), on a surtout eu droit à un BEAU et BON concert qui a déroulé les "hits" no-wave-post-punk du groupe réinterprétés façon "grand ensemble" (ce qui me fait dire que Charles Hayward est quand même mieux au sein du groupe que dans son projet solo vu au BBMix il ya quelques années). Frissons et badge acheté (j'ai déjà le coffret).



mardi 14 mars 2017

MAR13 Grails x Majeure x Henryspenncer :: Glazart, Paris :: 13.03.2017

GRAILS m'auront d'abord mis claques sur claques avec leurs premier disques d'un post-rock-instrumental violoneux et classieux, puis avec leur concert à la Dame De Canton (à l'époque où la jonque ne s'appelait d'ailleurs peut-être pas comme ça...).

Et puis ils ont évolué vers un truc beaucoup plus personnel et touffu qui a fini par me perdre (malgré un chouette souvenir de concert à la Maroquinerie pour la sortie de "Doomsdayer's Holiday"), pour que je finisse par les retrouver avec 3 disques de retard à ce concert au Glaz'art.

Le groupe a changé et c'est normal, j'ai changé aussi... nous resterons donc amis en mémoire du bon vieux temps, mais j'ai trouvé ça assez chiant avec un tas de morceaux qui ressemblent à des fins sans fins (The Drift en définitivement moins jazzy?), et une seule vieillerie sur les deux en rappel qui m'aura vaguement fait vibrer (sinon Emil Amos prend toujours plus de place, comme si il n'en avait pas assez de grignoter les parts de Al Cisneros dans OM).

En ouverture j'ai eu droit à un morceau et demi de HENRYSPENNCER, nouvelle sensation post-metal-intrumental parigote, et au solos de batterie/électroniques vaguement insupportable de MAJEURE (pas comme le doigt même si ça démange...).

Dure soirée, au final je suis ptet trop vieux pour ces conneries.

MAR3 Sadique master festival (2017) 3éme édition






Conquis par ce que j'avais pu y voir l'année dernière, j'y retournais sur-motivé et bien malheureux de ne pouvoir me faire l'intégralité du fest (obligations tout ça...).

Tant pis ou tant mieux puisque les soucis techniques durant "Flesh To Play" (drame familial mexicain) ayant débouché sur l'interruption de la séance à 10 minutes de la fin m'auront dissuadé de rester pour la seconde séance. Parait que ça se finit bien... pas comme l'embryon d'histoire d'amour que je me plaisais à voir éclore avec ce festival auquel je doute de jamais retourner.

mercredi 15 février 2017

FÉV14 The xx - I See You Tour: Paris, France // Sold Out

Deux dates de suite complètes au Zénith, achat des billets au marché noir, ratage de la première partie pour cause d'entretien, arrivée en costard... les conditions étaient pas vraiment optimales.

Pour ne rien gâcher, le Zénith a réussi à faire sonner ce groupe ultra-minimaliste HORRIBLEMENT, le dit-groupe réussissant la performance de jouer leurs morceaux déjà pas très pêchus encore plus MOLLEMENT que sur disque (hey les djeuns vous voulez pas vous rebaptiser The ZZ(Z)?), en tout cas pendant une (trop) longue première partie de leur set.

Heureusement ça s'est un peu amélioré et le public avait l'air béatement ravi, quoiqu'un peu assoupi. 

lundi 13 février 2017

FÉV12 MARE / Employed To Serve / Time To Burn 12/02/17 à Paris

Mare c'était vraiment la grande classe dans le style "post-metal", à 10000 au-dessus des premières parties... et je dis pas ça parce qu'ils sont canadiens (merci Dre).
En plus le chanteur-guitariste est beau en plus d'être bon (merci Claudie), et le duo (feu-trio amputé de son bassiste) a vraiment une approche du truc complètement personnelle et originale (même plus de 10 ans après la sortie de leur unique EP).
Pas de disque en vente et les tishs étaient trop laids, faudra donc que je me contente de mon vieux cédé jusqu'à nouvel ordre.

mardi 7 février 2017

FÉV3 MAGMA & Le Mëtalïk Orkestraah @L'Olympia - Paris

Christian Vander est haut-marnais d'adoption, et moi aussi... mais c'est surtout un musicien et batteur (et chanteur) de génie que j'ai eu le plaisir de voir dans son/notre habitat naturel/d'adoption (à Froncles) avec son quartet en hommage à Coltrane.

Si le concert de Magma au Hellfest avait été un chouette moment (quoi que très frustrant), et comme je les avais ratés au Casino de Paris pour cause de dîner de travail, justement au Casino de Paris (où nous avons donc dîné avec les échos du concert en guise de musique d'ambiance, alors que j’aurais pu choper une place gratos), la perspective de les voir enfin dans de bonnes conditions, en plus accompagnés d'un orchestre de jeunes de l'école de Didier Lockwood, pensez-vous...

Grand bien m'en a pris: presque 3h de concert partagés (par un entracte) en une première partie en groupe "classique" (on parle tout de même de 7 musiciens/chanteurs sur scène), et une seconde avec orchestre d'une bonne trentaine de de membres.

C'était beau, j'ai même acheté le dernier 45 tours pour la peine.

vendredi 13 janvier 2017

JAN7 Chunky Charcoal au Théatre de La Colline


Superbe performance monologue / dessin / musique dont je serais bien en peine de parler dans le détail, mais que je ne saurais trop conseiller aux amateurs... ah si, j'ai un peu pensé à une pièce (toute aussi pluri-artistique) de Wajdi Mouawad vue à Chaillot, alors que ça n'avait pas grand chose à voir ou si... coïncidence? Quoi qu'il en soit je suis reparti avec un bouquin de deux des gars (le comédien et le scribe), et le disque d'un des autre (le musicien donc).

vendredi 6 janvier 2017

JAN5 2017 R'N'R ND ! Infecticide - Dr Chan - Frustration/Born Bad Dj set

Nouveau rdv "rock déviant" sur Paris, la soirée a lieu tous les 1ers jeudi du mois, et je m'y rendais essentiellement pour récupérer un "vinyle surprise" (merci Spin The Black Circle) et satisfaire ma curiosité... grand bien m'en a pris, puisque le concert d'Infecticide était vraiment très bien dans un genre qui pourtant m'en touche une sans faire bouger l'autre habituellement (electro-punk-wave en costume rigolo et chanté en français, aka devo qui copule avec kraftwerk dans une soirée dada, en français donc). Je les imaginais en prochaine signature Born Bad mais en fait ils sont déjà trop vieux pour ça et le font visiblement déjà très bien tout seul.

DÉC11&13 PIFFF 2016


Après-midi de clôture mitigé avec Opéra du grand Dario Argento en "séance culte", le "culte" dans la séance dissipant toute velléité d'avis. A noter que le maestro lui-même avoue avoir détester travailler avec l'actrice principale sur ce giallo, si tant est que ça puisse donner un éclairage...

Par contre super bonne surprise de saison avec "Safe Neighborhood" en guise de séance de clôture (avec diffusion de certains courts récompensés), auquel seul un visionnage (idéalement entre flambée hivernale et décorations de Noël) est susceptible de rendre hommage dignement: à voir et à revoir assurément.
 
Pour finir, séance de rattrapage du mardi (le festival était "prolongé" de 2 jours cette année, super initiative à saluer)... peut-être la séance de trop tant The Greasy Strangler finit par tourner en rond jusqu'à tomber à plat. Trop d'absurde et de loufoquerie auront même poussé à faire l'impasse sur le tout dernier film (re)programmé, "I Am Not A Serial Killer", pourtant prometteur.